Médias et covid-19 : deux mondes différents

 

Médias et covid-19 : deux mondes différents.

Cela fait plus d’un an et demi que la France

dont la devise inspirante est   LIBERTE EGALITE FRATERNITE

offre tout le contraire à ses habitants : masques, confinements, couvre-feux, fermetures, restrictions, interdictions, obligations, discriminations, exclusions, censures…

Vous vous rendez-compte ?

Et pourquoi cela ?

Si on en croit la plupart des médias qui ne cesse de parler de la lutte contre covid-19…

ce serait par "solidarité", pour "sauver des vies", pour notre "bien", pour éradiquer un "terrrrible" virus ?

      Et...

- à force d’entendre des informations alarmantes, des propos agressifs, des bilans et des chiffres ahurissants, des contradictions incessantes…

- à force d’être préoccupés pour sa santé et ses activités, celles de ses enfants, celles de ses aînés…

- à force de se sentir menacés, de vouloir essayer de se protéger, de devoir suivre des mesures ahurissantes, de subir des évincements, des pertes d’emplois, des pertes financières colossales, des manques scolaires et j’en passe…

    la France vit majoritairement dans l’embrouillement complet, le stress, la peur pour ses enfants, pour ses jeunes, peur pour ses finances, pour sa liberté, pour son avenir… Et cette anxiété, qu’elle soit bien apparente ou sous-jacente, influence fortement la réserve d’énergie, l’enthousiasme, la manière de penser de quasi toutes les couches de sa population !

Toutes ces mesures, ces abus, ce théâtre à tournure dramatique contre ce virus en valait-il le coup ?

N’est-il pas temps de sortir le pied de l’étrier… et de prendre du recul, de se reconstruire, de rétablir une vie harmonieuse, une forme de sérénité, une joie

Quelle a vraiment été l’amplitude du coronavirus covid-19 ?

Je voulais vous faire part d’une étude, d’une analyse (lien en fin d’article) qui nous présente la situation de l’épidémie Covid-19 en FRANCE depuis mars 2020 avec les critères épidémiques habituels, c’est-à-dire : les critères utilisés normalement pour la grippe et autres maladies virales.

Quels sont ces critères et normes habituels concernant les épidémies ?

Les voici ; c’est ce qui a toujours été pratiqué :

- Répertorier chaque semaine le nombre de nouveaux malades et celui de nouveaux décès d’une population (sur environ 67,4 millions de personnes en France)

- Faire un calcul de proportionnalités pour savoir quel est le nombre de nouveaux malades par tranche de 100 000 habitants. Ce nombre obtenu s’appelle "l’incidence". Ce nombre est une moyenne. On se doute bien qu’il est plus élevé dans certaines régions et moins dans d’autres selon les moments…

Quels sont ces nombres "normaux" concernant Covid-19 en France ?

Nous lisons sur le graphique de Mr Laurent Toubiana : (lien vers son site IRSAN en fin d'article)

- semaine du 23 au 29 mars 2020 - au tout début - le pic est de :

                   140 nouveaux malades sur 100 000 habitants.

- semaine de la 2ème vague (2020) - le pic est de :

                   un peu moins de 90 nouveaux malades sur 100 000 habitants.

- semaine de la 3ème vague (2021) - le pic est de :

                   environ 40 nouveaux malades sur 100 000 habitants.

- semaine de la 4ème vague (début août 2021) – le pic est de :

                   31 nouveaux malades (et 9 décès) sur 100 000 habitants !

Tableau du nombre hebdomadaire de malades du covid-19 (2020-2021)

Donc, depuis cette fameuse semaine de mars 2020, les nombres ont toujours été en baisse au point que les expressions "3ème vague", "4ème vague" paraissent ridicules !

Cerise sur le gâteau :

A titre de comparaison / généralement, la semaine de pic concernant la GRIPPE :

                   600 nouveaux malades pour 100 000 habitants.

Dans cette analyse aux normes usuelles, on apprend encore que :

- l’activité hospitalière n’ a été dédiée qu’ à 2 % en moyenne au Covid-19 tout au long de 2020.

- il n’y a eu aucun décès supplémentaire concernant les personnes de moins de 65 ans (qui représentent 80 % des habitants) par rapport aux années précédentes.

- il y a eu une augmentation de décès (moins de 4 % !) pour les personnes âgées de 65 ans et plus (qui représentent 20 % des habitants) par rapport aux années antérieures.

Les nombres du covid-19 promulgués largement par les médias étaient bien plus élevés !

Ces nombres répétés par les médias, les politiciens et différents intervenants étaient bien plus "énorrrmes" que ça. Que s’est-il passé ?

Et bien, voilà, les faits montrent que l’on ne nous a pas présenté les nombres corrects habituels, "normaux" parce que les collectes de départ étaient "faussées", n’étaient plus les mêmes qu’avant !

Au lieu de considérer, collecter, répertorier le nombre de NOUVEAUX MALADES Covid-19 par semaine, tout a brusquement changé. Les autorités ont calculé le taux d’incidence (le nombre pour 100 000 habitants) à partir du nombre de… PORTEURS du virus… PORTEURS du Covid-19… qui dans environ 80% des cas n’ont pas contracté la maladie ! C’est donc un nombre bien plus élevé !

On pourrait se poser la question: pourquoi avoir "changé" les résultats en ayant remplacé le nombre des malades par le nombre des porteurs de virus ?

D’où cela vient-il ? Comment commettre une erreur aussi gigantesque et trompeuse ?

Est-ce possible de recenser correctement tous les nouveaux porteurs (tout le monde a-t-il été testé régulièrement ? toutes les semaines ? ) sans compter le coût financier que cela représente et la logistique…

On inspire une grande bouffée d’air, on se détend, on se dit qu’on doit prendre toutes les nouvelles des médias avec des pincettes pour y voir clair et s’approcher de la vérité.

Alors, regardons avec discernement !

De plus, ce virus ne devient-il pas de moins en moins virulent dans ses mutations, même s’il est parfois plus contagieux ? Ne finit-il pas toujours par devenir bénin, par passer ?

Le meilleur remède étant toujours la prévention avec des suppléments quotidiens principalement de vitamines D et C

voir l'article : CORONAVIRUS SOLUTION SANTE

    Mais la situation difficile vécue veut quand-même dire :

- que nous aurions cru et vécu dans une imagination, une projection, dans toutes des croyances fausses à partir desquelles nous avons construits des conditionnements, pensées, émotions… qui nous maintenaient dans une forme d’hypnose collective avec une tendance à être privés de notre Potentiel, de notre Liberté, de nos Valeurs…

- qu’il est important pour chacun et pour tous d’ouvrir les yeux, de ne plus s’attacher aux erreurs et SURTOUT de retrouver son recul, son pouvoir d’analyse, de récupérer sa volonté, son énergie, son dynamisme, de repenser et reconstruire une vie : la vie que l’on veut VRAIMENT !

Groupe de gens heureux loin du covid-19.

Nous pensons aussi à tous nos amis dans le monde, les Italiens, Belges, Canadiens… qui ont vécu une situation similaire à la nôtre en France. Qu’ils aient l’occasion d’obtenir les "vrais chiffres", les vérités sur Covid-19 dans leur pays…

Merci à Laurent Toubiana, directeur indépendant de l’IRSAN ( Institut de Recherche pour la valorisation des données de Santé. 37, rue des Mathurins 75008 Paris).

Voir son analyse du 17 novembre 2021 Ecouter la vidéo sur Sud Radio

Et merci à tous ceux qui recherchent la vérité, qui aident autrui, qui restent debout dans la tempête, qui retournent à la confiance en eux, qui veulent vivre librement…

Tout passe ici sur Terre… Alors, donnons-nous le meilleur !

    Gardons toute la confiance en Nous-mêmes, en Notre Nature illimitée. Car tous ces remous dans notre pays et dans le monde ne sont pas là pour rien. Ils font partie d’un plan supérieur, un plan Divin. Ils contribuent à l’évolution, l’éveil des consciences, à changer notre manière de vivre, de voir le monde et retrouver Notre infinité, Notre Pouvoir créateur !

Je nous souhaite discernement, Lumière et changement évolutif pour une vie comblée de belles perspectives épanouissantes !

Salvatore Lauricella

Découvrez le Soin Quantique

 

Auteur Thérapeute Quantique et formateur de La Connexion Absolue, guide spirituel

Laissez un commentaire